h1

April 16, 2014

Andrée Ciriac (active late 19th/early 20th Century), French actress and singer, at about the time of her appearance in the revue, Tout le monde sur le pont, produced at the Ambassadeurs, Paris, 15 July 1901.
(photo: unknown, possibly Reutliner, Paris, circa 1900)

‘SPECTACLES & CONCERTS …[Paris, July 1901]
‘La direction des Ambassadeurs vient d’engager Mlle Andrée Ciriac pour créer le rôle de la commère dans la revue de MM. Paul Gavault et Eugène Héros: Tout le monde sur le pont, dont la première aura lieu vers le 15 de ce mois.’
(Le Figaro, Paris, Sunday, 7 July 1901, p. 5b)

‘AMBASSADEURS. – Tout le monde sur le pont! reue à grand spectacle, de MM. Paul Gavault et Jean Varney. – Ainsi que font les vrais artistes qui ne sauraient admettre que sortit de leurs mains une oeuvre, si mince soit-elle, qui ne fût la perfection même, ainsi fait Paul Gavault quand il a une pièce à une écrire. Il n’est pas pour lui de “grandes” ou de “petites revues” et sont qu’il les destine à une scène des boulevards, aux concerts des Champs-Elysées ou à une boite de la Butte, il apporte dans toutes le même souci de la forme et du fond qui constitue sa marque particuliére et qui fait de lui le maître incontesté du genre.
‘La preuve de ce que j’avance est dans le succès qui a accueilli hier soir Tout le monde sur le pont! la revue de Lui que donnaient les Ambassadeurs.
‘Il avait pris, cette fois, pour collaborateur Jean Varney, que vous avez applaudi à Montmartre. Le choix était des plus heureux. Félicitons-les l’un et l’autre.
‘Vous raconter la revue est une tâche assez difficile à cause de l’abondance du choix. Le désespoir du Nouveau timbre est comiquement rendu par Mme Dubernay et la joie de l’Ancien, délicieusement chantée par Mmes Méaty et Sorano. La Rétrospective du sorset est un ravissement pour les yeux et l’oreille, tant agréables sont les couplets, et jolis les costumes de Landolff. La mise en scène d’un ballet par Franem est une chose épique! La défilé militaire rendrait “vive l’armée” le célébre X lui-même, et à voir les ambassadeurs du finale on se rend complte qu’avec de tels plénipotentiaires il n’y aurait plus de conflits possibles, à moins qu’on en voulût créer pour le plaisir de les résoudre. J’oublie les trois quarts des scènes. Mais il faut bien aussi vous laisser la joie de l’inédit.
‘Mme Andrée Ciriac, la commère, qui est jolie à ravir, joue fort bien et chante encore mieux. Lejal est superbe en capitaine. Et entraînée par ces excellents artistes, toute la troupe donne avec ensemble. J’en ai déjà cité quelques-uns. Complimentons encore MM. Raiter, Eugénio, Strit, Vasser, Pressingy, Vassor, Fréjol, ainsi que Mmes Bianka, Gaudet, Lauret, Dji et Noödie. – Un M. Du B.’
(Le Figaro, Paris, Wednesday, 24 July 1901, p. 5c)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: